Accédez directement au menu d'accessibilité.

Options d'accessibilité

ptenfrites
Contenu du haut de la page
Dernières nouvelles

Le Rectorat de l'IFSP organise une série de réunions pour traiter avec les PEC

Le presbytère a organisé une action pour envoyer des représentants dans presque toutes les unités de l'IFSP.

  • Publié: vendredi 07 février 2020 à 17:53
  • Dernière mise à jour le vendredi 07 février 2020 à 18h32

Afin d'offrir un soutien et une information aux 36 campus dans leurs activités de planification, le presbytère de l'IFSP a organisé une action pour envoyer des représentants dans presque toutes les unités. Parmi les sujets abordés lors des réunions figurent la mesure provisoire 914/2019, les projets d'amendement de la Constitution appelés urgence, fonds publics et pacte fédératif. Ceux-ci constituent le soi-disant Plano Brasil Mais, du gouvernement fédéral.

«Ce fut un moment important dans le dialogue avec les administrateurs et les enseignants, car les propositions en cours ont un impact direct sur la vie de chacun», a expliqué le doyen, Eduardo Modena, qui était dans la ville de Campos do Jordão et Jacareí pour faire la présentation. 

Les 18 et 19 février, le recteur de l'IFSP débattra du sujet à Brasilia, lors d'une réunion du Conseil national des institutions du Réseau fédéral de l'enseignement professionnel, scientifique et technologique (Conif). Selon le presbytère, l'action a été extrêmement positive , car il a fourni aux unités des informations qui affectent directement la planification de deux actions dans l'année. Une réunion est prévue le 12, sur les mêmes thèmes, avec les fonctionnaires qui travaillent au presbytère. Le sujet sera également discuté avec les directeurs du campus le 14, lors d'une réunion du Collège des directeurs (Coldir), à Campinas. Avec les membres du Conseil supérieur (Consup (Conseil supérieur)), le sujet sera discuté le 20, en réunion extraordinaire.

 

 

 

"Compte tenu de l'énorme importance des changements proposés dans les PEC, nous nous mobilisons à travers le pays, et dans diverses entités, afin de pouvoir présenter les implications aux institutions fédérales au Congrès national", a expliqué Modène.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LONGUEUR

Lors des réunions avec les serveurs des campus, l'équipe du recteur a présenté la loi de finances annuelle (LOA) et son actualité pour 2020. Dans la partie budgétaire, il a été établi que 60% des ressources provenant de l'IFSP étaient constituées, 40% étant détenus dans un chiffre budgétaire connu comme TOMO II. Selon la direction de l'Institut, la mesure est préoccupante, car elle réduit considérablement les ressources et atteint toujours les salaires des fonctionnaires via TOMO II. Le pourcentage de 40% des fonds ne parviendra à l'Institut qu'après approbation par le Congrès, en août de cette année-là.

AMENDEMENTS

L'urgence PEC n ° 186/2019 traite, entre autres, de la soi-disant règle d'or, dans laquelle les dépenses obligatoires (dans ce cas la masse salariale), plus les dépenses discrétionnaires (fonctionnement de la machine publique) ne peuvent excéder la collecte. Dans l'application de la règle d'or, la proposition prévoit qu'il n'y aura plus de promotions pour les fonctionnaires, interdit les appels d'offres publics et la création d'emplois, réduit la charge de travail des employés jusqu'à 25% et les salaires dans la même proportion, interdit l'expansion et la concession et s'il y a un excédent de recouvrement, il sera utilisé pour payer la dette publique.

Une autre proposition du gouvernement, en attente au Congrès, est le PEC des fonds publics (187/2019). Entre autres actions, il vise à mettre fin à certains fonds qui collectent aujourd'hui des fonds qui sont reversés à l'Éducation. Parmi ceux annoncés par le gouvernement figurent: le Fonds pour le développement de la formation professionnelle maritime, le Fonds de garantie pour la promotion de la compétitivité et le Fonds spécial de formation et de développement et, aussi, l'extinction du Fonds pour l'universalisation des services de télécommunications (Fust) . Tous sont liés à C, T & I (Communications, Technologie et Information).

L'autre mesure du gouvernement fédéral est le soi-disant PEC du Pacte fédératif (188/2019). Cette action vise à unifier aujourd'hui le pourcentage obligatoire pour l'Union, les États et les communes à appliquer dans le domaine de la santé et de l'éducation. Dans la législation actuelle, les États et les municipalités sont obligés d'utiliser 25% des recettes provenant des impôts avec l'éducation, pour l'Union, cette part est de 18%. Pour la santé, les états la valeur est de 12% des revenus et pour les municipalités, elle est de 15%. Avec le PEC, il y aura un pourcentage à appliquer, mais le montant dans chacun des domaines sera défini par le gestionnaire et non plus par la force de la loi.

enregistré:
Contenu de fin de page