Accédez directement au menu d'accessibilité.

Options d'accessibilité

ptenfrites
Contenu du haut de la page
Dernières nouvelles

Conif publie une note officielle sur le programme Future-se

Le Conseil National des Institutions du Réseau Fédéral de l'Enseignement Professionnel, Scientifique et Technologique (Conif) a externalisé sa préoccupation face à l'annonce, par le Ministère de l'Education (MEC), du programme Future-se, et a rendu public des réflexions sur ce gouvernement action.

  • Publié: jeudi 01 août 2019, 15:35
  • Dernière mise à jour le jeudi 08 août 2019, 10h55

Abstraction faite de son mérite, la racine conceptuelle de la proposition pose déjà un problème de méthode notoire, qui se traduit par l'exclusion totale des agents publics, des instances dirigeantes et des représentations collectives institutionnelles dans le débat sur sa construction, en raison de ce que la nouvelle a provoqué l'étonnement et surprise sur tout le réseau.

Une formulation d'intérêt public, qui est même disposée à modifier les lois existantes et à affecter les principes établis, telle qu'elle est présentée au préalable, doit être analysée en profondeur au niveau collectif, et il n'est pas raisonnable d'alléger son annonce, au détriment de la débat.

Ce Conseil comprend également qu'aucune action à l'avenir ne doit précéder l'acte de remédier à la grave situation financière et budgétaire que connaît le Réseau, dont le fonctionnement est gravement menacé par les blocages alors traités. Le biais temporel est primordial, car comment envisager des politiques publiques qui structureront l'avenir si notre temps présent est compromis, incertain et incertain? Organisons d'abord notre temps présent, dissipons les insécurités et les incertitudes; et, en parallèle, prenons soin du temps futur, avec la planification, l'organisation et notre large participation.

La proposition n'en est qu'à ses débuts et soulève plusieurs doutes, qui doivent être clarifiés, et dépend également d'actes de réglementation ultérieurs, ce qui laisse entrevoir des traces d'imprécision et d'imprécision. Par ailleurs, notons la superficialité avec laquelle sont traités des concepts cruciaux, comme l'autonomie de la gestion institutionnelle, ajoutée dans le texte préliminaire de manière diffuse et ambiguë, ombragée par les organisations sociales et les fonds d'investissement, éléments étrangers à notre univers.       

Nous réaffirmons notre attachement au respect des postulats consacrés dans le système juridique actuel, dont le cœur est la garantie d'une éducation publique, gratuite, qualifiée et socialement référencée, en tant que droit inaliénable de tous les Brésiliens et devoir de l'État, qui figure en tant que vecteur, fournisseur et maintien de sa structure et de son fonctionnement, comme l'exigent les fondations constitutionnelles.

Nous défendons, dans le même esprit, les politiques d'inclusion du Réseau Fédéral, qui absorbent les jeunes et les adultes en situation de risque social; et l'intériorisation, qui concerne la population pauvre des régions reculées du Brésil, actuellement découragée et désespérée.

Les paramètres de base de cet arrêté sont la loi 11.892 / 2008, qui institue le Réseau fédéral pour l'enseignement professionnel, scientifique et technologique, et la loi 13.005 / 2014, qui approuve le Plan national d'éducation, les diplômes juridiques qui guident et régissent ces postulats, et s'ils se construisent à la lumière des débats sur les plans collectifs, devant la société organisée, l'académie et le parlement brésilien.

Nous proposons, dans cette logique, la formation d'une table de dialogue avec le ministère de l'Éducation, qui œuvre dans la perspective de garantir le rôle de l'Union en tant que fournisseur du droit constitutionnel à l'éducation, de rechercher des solutions pour le caractère public de ses financement et consolider le réseau fédéral.

Voyant donc cette éducation comme un atout précieux pour tous, nous insistons sur le fait que toute action ou politique qui la concerne doit faire l'objet d'une large discussion, depuis les bases académiques de nos espaces, en dialogue avec la société organisée et les agents publics du gouvernement, même le parlement, qui sera chargé de légiférer sur des questions d'un tel intérêt pour l'avenir de l'éducation dans notre pays.

Brasilia, le 1 août 2019.

 

 2ème réunion extraordinaire du Conseil national des institutions du Réseau fédéral de l'enseignement professionnel, scientifique et technologique (Conif) en 2019

 

Cliquez ici pour accéder à la note PDF.

enregistré:
Contenu de fin de page